24 août 2013

Le tatouage polynésien (tatau)

 

Mon frère est actuellement en train de se faire tatouer. Actuellement comme dans « là, sous mes yeux, chez nous ». Ouép, le mec qui le tatoue est l’un de ses amis.

 

Non, ceci n'est pas le tatouage de mon frère ^^

 

 

A Tahiti (et dans toute la Polynésie en fait), le tatouage est comme un acte, un rituel sacré. Pour nous les Français, originaires de Tahiti, c’est comme une façon de marquer notre appartenance au pays, à la culture. La Polynésie, c’est notre maison, notre foyer, notre terre natale, notre fenua. Il y a donc énormément de jeunes popa'a (Français) ici qui sont tatoués. Parfois je pense que si je n’avais pas vécu dans un environnement aussi marqué par le tatouage, je n’aurais sans doute jamais eu l’idée, ni l’envie, de m’en faire un. Un tatouage, c’est tellement personnel ! C’est censé raconter ta vie, ton histoire. A la poubelle les tatouages représentant des dauphins bleus sautant hors de l’eau et les énormes scorpions…

 

 

 

Je ne sais pas ce qu’il en est pour l’ensemble de la Polynésie, mais toutes les personnes à qui j’ai posé la question sont du même avis que moi : les tatouages en-dehors de la Polynésie (surtout ceux de France et des Etats Unis) sont moches. Evidemment, je ne veux pas dire par là qu’ils sont moche-moche. Simplement, la plupart des gens tatoués en dehors de la Polynésie le font car ils trouvent juste que tel motif est beau. Ils ne vont pas chercher à se tatouer quelque chose qui les représente vraiment quoi. C’est surtout ceci que nous autres critiquons.

 

 

Un tatouage, ce n’est pas à prendre n’importe comment, on ne le fait pas simplement parce qu’on en a envie. On y pense, des mois, des années, on se fixe sur un motif, une signification, et on y va. En fait, on méprise les autres tatouages (et encore une fois, je signale que je ne me fais pas ambassadrice de l’ensemble de la Polynésie !), ceux qui ne veulent rien dire.

 

 

 

 

La plupart des tatouages ici sont uniques ; les personnes qui les portent y ont longtemps réfléchi, et leurs tatouages ne sont pas représentés dans les catalogues.

Et puis ce que nous méprisons plus que tout, ce sont les tatouages qui cherchent à reproduire les tatouages polynésiens, mais qui n’en sont qu’une maigre et faible caricature. Nous reconnaissons au premier coup d’œil ces tatouages factices, gravés sur la peau d’un inculte par un inculte.

 

 

Mon requin dans son environnement naturel :

SAM_2598

 

 

Et un peu d'histoire pour terminer :

Autrefois, le tatouage n'était réservé qu'à certains individus, puisque l'art était considéré comme tapu (un interdit sacré). Les motifs représentés sur le corps permettaient d'exprimer l'identité et le statut social d'une personne. De plus, lorsque les garçons et les filles sortaient de l'enfance, ils étaient tatoués afin de pouvoir identifier rapidement la communauté à laquelle ils appartenaient. Entre les deux sexes, les tatouages étaient bien évidemment différents. Tandis que ceux des hommes étaient plus décorés, ceux des femmes étaient plus élégants et exécutés avec plus de soin. Du côté des hommes, plus un homme était tatoué, plus on le traitait avec respect. C'était synonyme de force, de pouvoir et de richesse. 

Je m'excuse par avance à toutes les personnes qui se sentent offensées par cette article. 

Posté par Albalicia à 05:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,