02 décembre 2014

...

 

1

2

3

4

5

 

Le post suivant est la suite de ce premier post

 

6

7

8

 

9

 

 

 

 

Et voilà, au final il a pas su me dire pourquoi j'avais eu ça. J'ai dû attendre quelques jours, pour voir une amie anciennement dentiste, qui m'a demandé si à la fin de ma grippe, j'étais passée par la phase tousse grasse. Ce qui était le cas, et elle pense qu'en essayant de tousser, c'est là que s'est produit la dislocation, et que ça devait être une quinte de toux pendant la nuit, vu que je me suis rendue compte de la douleur que le matin. 

La cortisone m'a fait un effet fou ! J'avais hyper mal, je pouvais vraiment pas parler, manger, j'avais constamment mal. Et la cortisone a coupé tout ça. C'était comme une anesthésie chez le dentiste, tu sens qu'il y a une pression, mais aucune douleur. Du coup j'ai fait la fifolle et j'ai fait des mouvements que j'aurais pas dû juste pour tester si j'avais mal ou non... Après que la cortisone arrête de faire effet, je sentais encore un peu la douleur mais c'était vraiment rien comparé au début. Je devais faire la IRM et retourner le voir, mais j'ai préféré suivre le conseil de mon amie : apprendre à relâcher tout ça, attendre un petit peu puis faire de la physiothérapie et ensuite retourner voir un spécialiste (et apparemment y'en a un qui vient dans ma ville une fois par semaine, donc thanks le premier dentiste qui était très mal renseigné). 

Semaine prochaine je passe à l'étape suivante...

Aujourd'hui, un mois après le shot de cortisone, la douleur empire peu à peu. Je dois apprendre à ne pas serrer mais c'est un réflexe tellement inconscient, qu'au final je pense à ne pas le faire seulement quand la douleur revient -_- Je peux de nouveau bailler plus ou moins normalement, mais je ne peux toujours pas ouvrir ma bouche de plus de 2 cm (normalement, une bouche normale c'est une ouverture de 3 cm). Des fois quand je mange/parle/baille, j'entends un craquement et tout de suite j'ai peur ! 

14 octobre 2014

Malade

 

 

malade1

malade2

 

 

 

 

Déjà que mon corps réagit bizarrement avec le froid (l'an dernier j'ai fait un voyage à Berlin, il faisait 0° et j'ai passé toute l'après midi en tee-shirt), alors en étant malade, j'imagine même pas le bordel que ça doit être à l'intérieur de mon corps o/ 

Vous aimez être malade vous, si ça veut dire louper les cours/le boulot ? 

Quand j'étais au collège/lycée, j'"adorais" être malade, parce que je détestais aller en cours. Mais maintenant, ça m'énerve, je n'aime pas rester seule dans mon lit à attendre de crever sans ma ptite maman pour s'occuper de moi. Attendre que ça passe, s'ennuyer, dormir, ne rien faire... En plus comme je n'ai pas encore d'assurance médicale, je peux pas aller chez le médecin... 

Bon lundi :) Ici il pleut !