28 janvier 2015

Le Festival d'Angoulême et deux, trois autres trucs :)

Heyyyy la populasse !! 

 

Bon je voulais essayer de poster avant de partir pour Angoulême demain mais je sais pas si j'aurais le temps é_è J'ai commencé un looong post et il doit me rester encore trois, quatre planches à faire, on verra si j'arrive à me motiver pour demain matin o/ 

 

Du coup, oui je serai bien à Angoulême ce weekend, de vendredi à dimanche, et je me baladerai les trois jours dans les mêmes fringues : 

 

fofo01

 

 

 

Mais bon, pas d'panique à bord, je change de souvêt, donc vous inquiétez pas pour ma flore vaginale :D Puis vous pouvez m'approcher, je vais pas puer non plus hein !

 

 

Une petite illustration pour un nouveau donjon de Dofus, dans lequel on est riquiqui :) 

 

 

dj insecte_mod

 

 

 

 

Et enfin, j'ai repris un dessin que j'ai fait en 2012 et en 2013 histoire de voir les changements que j'ai fait en 2014 :) 

 

cupcakes01

 

 

 

Le plus gros changement ? J'ai enfin compris que les bras ne se croisaient pas de la façon dont je le faisais toujours, j'ai commencé à faire quelques ombres et je sais mettre un peu de relief dans les cheveux :) 

 

 

cupcake

 

 

 

Et l'année avec des dessins sur Dofus ça donne ça :) 

 

 

2014 avec dofus0

 

 

 

Bref, hésitez pas à venir me parler si vous me croisez, je distribue des carambars :3 

Posté par Albalicia à 21:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 janvier 2015

Au nom de Charlie Hebdo. Au nom du métier que je souhaite exercer. Au nom de la liberté d'expression.

 

CH

 

 

Ces derniers jours j'étais triste, atterée, comme beaucoup de gens. Je me suis tenue à l'écart des réseaux sociaux qui en parlaient, je n'ai pas cherché à savoir ce qu'il se passait avec les terroristes. La seule chose que j'ai regardée, c'est la vidéo de l'ancien directeur de Charlie Hebdo, qui parlait de la tristesse et de la souffrance d'avoir perdu ses plus proches amis. Qui voulait que tous se prennent la main et parlent de la liberté d'expression. Après ça, je me suis renfermée sur moi-même. Dès que je tombais sur un blog qui avait fait une illustration sur le sujet, je quittais le blog en question. Je ne voulais rien lire, pas en parler. Sur mon chemin pour aller en ville, il y a un kiosk, et en passant, j'ai pu voir que la plupart des journaux d'actualité titrait les nouvelles. C'est pas en France, mais en Espagne, et beaucoup de journaux d'actu qui se trouvent dans beaucoup de kiosks dans beaucoup de pays ont fait la même chose.

J'ai lu l'article de Laurel, qui résume la peur qui doit ronger beaucoup de dessinateurs dans le monde, et pas qu'en France. J'ai tremblé en lisant ses lignes, car tout est vrai. Avoir la peur au ventre, devoir s'inquiéter pour ses proches, se taire et ne plus oser parler ou dessiner. Quelques jours plus tard j'ai lu l'article de Yatuu, qui était le premier post avec dessin que j'ai consulté, avec sa chute qui m'a fait sourire et puis frissonner. Et puis réfléchir.

Avant l'attentat, la France était un pays où résidait la liberté d'expression. Et maintenant ? 

 

 

 Un mec que je connais de Dofus a dit qu'entre toutes les personnes qui avaient changé leur avatar sur Facebook pour l'avatar Je suis Charlie, comme tous ceux qui twittaient avec le tag #jesuischarlie, il y avait une grosse majorité qui faisait partie de la sous culture et que ces gens ne faisaient que suivre le mouvement, que ce n'était principalement que des hypocrites qui,  une fois la vague passée, reprendraient leurs petites habitudes, sans plus s'occuper de ce qu'il s'était passé. Le plus effrayant, c'est qu'il n'a pas été le seul à tenir ce discours. Des facebook-potes ont repris pratiquement la même chose sur leur statut, des anonymes en ont parlé dans leurs commentaires sur les sites et les blogs que j'ai consulté plus tard. 

Laissons de côté le fait qu'il ait traité les trois quarts de ces gens de sous-cultivés, ce qu'il n'a pas compris c'est que cet évènement a rassemblé presque toute la France. Pas qu'une partie, non, presque tout le monde s'est senti solidaire, presque tous se sont tenus la main, presque tous ont levé le crayon, et pas que la France, mais aussi dans le monde entier. Dans un sens on s'en fout un peu non, que ces millions de personnes n'aient pas la même culture ? Ce qui est intéressant, c'est que tous se sentaient assez concernés pour en parler et faire un petit geste de solidarité. Que ce soit un dessin, un statut, un avatar, une présence, une minute de silence et même rien qu'une pensée à ceux qui sont morts, tous se sont engagés dans le même combat pour faire respecter la liberté d'expression. C'est triste que ce mec, ces gens n'aient pas compris cela. 

Et puis qu'est ce que c'est la culture de toute façon ? Est ce que c'est la culture G, celle que tout le monde devrait connaître ? Car moi je ne la connais qu'à moitié. Par quoi est définie la culture ? Est ce que c'est tout ce qui est arrivé d'important avant notre ère et après notre naissance ? Est ce que c'est quelqu'un qui définit ce qu'est exactement la culture ? Moi, tout ce que je connais,  c'est ce qui m'intéresse, et pourtant je ne me considère pas sous-cultivée. Je m'en fous complètement de la politique et de la religion, je n'aime pas entendre parler de la souffrance et des guerres dans le monde, alors je me tiens à l'écart de tout ce qui peut être de l'information, que ce soit à la télé, à la radio ou aux journaux. Moi j'aime bien aller à la recherche de l'information, celle qui m'intéresse. Je ne pense pas être sous-cultivée, je connais plein de choses que d'autres ne connaissent pas. 

Je trouve ça nul de dire que la plupart des gens qui ont suivi le mouvement Je suis Charlie sont des gens qui appartiennent à la sous-culture. L'important, c'est que le temps de quelques jours, on se soit tous sentis unis dans le même combat pour la même cause, défendre la liberté d'expression. 

 

 

Les dessinateurs qui sont morts, je les connaissais de loin. J'ai déjà eu des Charlie Hebdo entre les mains ; même s'en m'intéresser grandement aux sujets évoqués dans la revue, les dessins me faisaient rire. Je lis un journal semblable en Espagne, El Jueves. Je ne comprends pas toujours de quoi il s'agit, pour cela il faudrait que je m'informe d'avantage sur les sujets d'actualité, mais au moins je ris. Par contre, ma mère les connaissait depuis plus de trente ans, elle est très friande des illustrations satiriques, c'est une part d'elle qui est morte...

 

Dans le groupe d'assistants de français dont je fais partie sur Facebook, beaucoup se sont demandés s'ils allaient en parler à leurs élèves. Il le faut c'est sûr. Mais moi j'appréhende le moment où j'en parlerai. Je sais que je serai confrontée à des avis différents, très certainement certains me diront que c'était bien fait pour les morts, qu'ils n'avaient qu'à pas parler de choses sensibles, et que ce sera à moi de ne pas m'énerver contre eux et de leur expliquer ce qu'est la liberté d'expression, de pensée, que personne ne devrait mourir pour penser quelque chose différent de son voisin, en tout cas, pas en France. Un assistant a partagé ce lien du Petit Quotidien, dont je compte me servir pour le cours. 

 

 

Qu'importe les différences, ces derniers jours on a tous été en deuil ensemble.

 

 

Un dessin de Mem's sur Tahiti

 

 

 

 

Le journal Charlie Hebdo, je le rappelle, ne se moquait pas seulement de la religion musulmane, mais également de beaucoup d'autres. Le Pape, entre autres, était passé plusieurs fois dans les pages du magazine. 

Posté par Albalicia à 13:47 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,